L’ON ME DISAIT : ÉVITE DE DIRE AUX HOMMES QUE TU VIS A YOPOUGON… MOI : AAAAAAH ?

Yopougon !!!

Vite fait, je vous donne une petite définition pour ceux qui ne la connaissent pas. Yopougon communément appelé Yop city ou Poy est la plus grande commune d’Abidjan (capitale de la Côte d’Ivoire) parmi les 13 qui la composent. En dépit de son visage de quartier populaire, la plus grande commune de la terre d’éburnie regroupe à elle seule, le plus d’espaces de divertissement à moindre coût.  Animées, les rues de poy sont bordées de restaurants, de maquis(buvettes), bars et night club…Une description qui, en vérité reste pour les personnes qui connaissent Yopougon que de visage. Cette merveilleuse commune qui, tout naturellement comble ceux qui la connaissent véritablement. Ma chaleureuse commune. Elle reste atypique, particulière et pleine de vie.

Toutefois, un fait continue d’attirer mon attention, l’étonnement de plusieurs lorsque je leur dis, que je vis à Poy. Un étonnement qui vire à l’incrédulité « Non ce n’est pas vrai !!!  Je ne crois pas !!!! Non ce n’est pas possible !!!»

A l’époque et encore aujourd’hui, j’ai du mal à le comprendre. Mais, au fil de mes observations, je fais le net constat que beaucoup de choses changent et évoluent dès qu’un homme sait là où je vis : Avant de savoir que je vivais à Poy, ils me posaient pour la plupart, ces questions que voici :

  • Je t’invite au cinéma ?
  • Je t’invite au restaurant ?
  • Peux-tu m’aider à effectuer une tâche ?
  • Envie d’être en bordure de mer avec toi.

Après avoir su que je vivais à Poy, la conversation change de tournure :

  • Moi : cc, on se fait un ciné ce soir ?
  • Lui : hé bien… la distance est longue mais, Il vaudrait mieux que tu regarde un film à la télévision.
  • Moi : Je viens vers toi pour qu’on se fasse un resto ?
  • Lui : non non, attends-moi à yopougon carrefour Porc au four, j’arrive vers toi.
  • Moi : Envie d’être en bordure de mer avec toi.
  • Lui : Bon… oui mais cet argent qu’on gaspillera en mer peut être utile pour autre chose.

A la suite de toutes ses réponses je restais ébahi, avec une seule expression : Ahiiii (expression ivoirienne traduisant une grande confusion ou un étonnement.) Limite, le monsieur me prenait pour une crève-la-faim.Parfois en observant mon attitude et la manière dont je m’exprimais, mon interlocuteur sortait de nos échanges étonné, je dirais même frustré. Comme si, toutes les filles de Yopougon portent les mêmes étiquettes, parlent en faisant de grands gestes des mains, n’ont aucune retenue et tenue. Et même, qu’elles ont un niveau intellectuel qui laisse à désirer. Quelques temps après, mon interlocuteur prend son courage et finit par me conseiller ceci : « Évite de dire aux hommes que tu vis à Yopougon. »

Moi : Sinon ?

Lui : ils ne te prendront pas au sérieux et ils ne feront pas assez d’effort pour te séduire… alors que tu mérites mille fois mieux.

A ce moment précis, j’avais compris que lui, comme connaissance, ne me méritait pas. Fort de cette expérience, j’avais commencé à creuser. C’est-à-dire, dès qu’une personne faisait la grimace après avoir su que je vivais a yop, je posais direct la question :

Moi : Pourquoi tu fais la grimace

Elle : Non rien, juste que… tu peux trouver un appartement dans la zone de Cocody, Marcory… enfin, c’est mon point de vue.

Moi : Mais, pourquoi ? (Et comment ? du moment où mes ressources ne me permettent pas.) Enfin on en parlera dans un prochain article.

Jusqu’à présent je ne sais pas les raisons qui motivent ces personnes qui donnent une étiquette de filles légères aux jeunes femmes qui vivent à Yopougon. Ce qu’il faut retenir c’est que nous ne sommes pas obligées de changer notre quotidien ou notre habitation pour se sentir apprécier de tous. Aussi, tous les conseils ne sont pas bons à prendre. Cependant, si nous prenons en compte tout ce qui vient de l’extérieur pour l’appliquer dans notre vie, nous multiplions la probabilité de la détruire. Si une personne n’est pas capable de t’apporter une considération pour ce que tu es et de là où tu viens. De faire s’intéresser à toi ou à ce que tu fais, sous prétexte que tu vis dans un environnement différent du sien, dans un environnement dit populaire ou pas class, ne l’autorise plus à rentrer dans tes 6 mètres (expression ivoirienne qui traduit un éloignement physique et amical. Ne pas autoriser cette personne à entrer dans ta proximité)

Fièredêtredepoy.

9 Commentaires

  1. Koffi ursula Reply

    Très belle article, je l’ai lu avec beaucoup d’attention, je suis très souvent victime de ces mêmes réactions …la plus récente c’est… »il existe des filles intelligentes comme ça à yopougon « je dis bahh ouii et ça c’est une insulte.

  2. 🥰 Reply

    Fière d’être de POY !
    Cette commune si particulière qui a bercé notre enfance…
    Il y a un nombre pléthorique de jeunes filles, femmes, éduquées, dynamiques, qui contribuent avec ferveur au développement de notre patrie.
    Il n’en demeure pas moins qu’il y ait du travail à faire, nous le ferons donc à cœur joie.

  3. Serge Afeli Reply

    Mois aussi je suis fier d’etre de POY. La vie a POY m’a appris beaucoup de choses.
    1- D’abord avoir la joie de vivre, etre bon danseur
    2- Ensuite apprendre a se battre dans la vie (les gnangas au caca-sport, ca forge le caractere d’un homme)
    3- L’esprit d’equipe car a Yopougon on etait pas individualistes mais on partageait avec les autres
    4- L’envie de reussir et sortir des conditions plus ou moins difficile de vie. Quelqu’un disait que « quand tes parents comptent sur toi, tu ne te comportes pas comme quelqu’un qui compte sur ses parents ». Eh bien, c’est cette mentalite qui m’a guide toute ma vie et a fait de moi ce que je suis aujourd’hui.

    Je suis de Yopougon et je suis aujourd’hui professeur agrege d’universite aux Etats-Unis et je suis fier de dire que je VIENS DE POY.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 − 3 =


×

Salut!

Cliquez sur notre représentante pour discuter sur WhatsApp ou envoyez-nous un e-mail à info@fcomgroup.com

× Des questions ?