Estelle BOMIA : Devenir la plus grande formatrice francophone en cuniculture est mon objectif.

C’est avec une joie immense que nous avions passé une journée claire ensoleillée avec Estelle BOMIA notre FcomEntreprend du moment.

Publiquement connue sous le Nom « Elevage d’Estelle », Estelle BOMIA est une jeune entrepreneure Ivoirienne exerçant dans la production animale et spécialisée en cuniculture. Blogueuse, youtubeuse, elle est particulièrement connu pour son grand amour des animaux, de l’élevage et du digital.
Actrice dans le secteur de la cuniculture, elle est propriétaire d’un élevage de lapins qui produit 45 kg de viande blanche chaque deux mois. En outre, elle partage des techniques d’élevage à travers des articles et rubriques pour aider tous ceux qui comme elle veulent exercer dans la production animale. Son objectif est de devenir la plus grande formatrice francophone en cuniculture, détenir la plus grande filière de production de viande banche de lapin et être l’icône de l’entrepreneuriat féminin dans le domaine de l’élevage.

Pourquoi s’adonner à l’élevage et faire de ça votre moyen de revenu financier ?

En 2018, après avoir nourri intensément et intelligemment mon désir d’emprunter la voie de l’entrepreneuriat, mon choix s’est porté sans aucune hésitation, sur ce secteur d’activité, parce que, je ne cesserai de le dire : l’élevage est plus qu’une passion pour moi. Il fait partie de ma vie. Il me définit.

Chaque être humain en effet est doté d’un don et d’une capacité particulière qui le différencie des autres. Nul doute qu’il est prouvé professionnellement d’exercer dans ce quoi nous sommes bons, dans ce quoi nous excellons le mieux, dans ce quoi réside nos dons, nos passions.
Et c’est ce que j’ai fais. Pour gagner ma vie en tant qu’auto-entrepreneure, j’ai choisi la niche où réside mon don et où j’excelle le mieux : l’élevage.
Certes, l’élevage reste encore une activité économique en voie de développement en Côte d’Ivoire, avec une contribution d’environ 4,5% au PIB agricole et 2% au PIB total mais constitue, néanmoins une activité importante qui concourt au renforcement de la sécurité alimentaire, à la diversification, à l’augmentation des revenus des agro-éleveurs, à la préservation et à l’amélioration de l’environnement.
Aussi, l’élevage joue un rôle dans la lutte contre la pauvreté et la faim. Les productions animales interviennent directement dans la sécurisation alimentaire et nutritionnelle des populations à plusieurs égards. Elles permettent non seulement d’améliorer le statut nutritionnel des populations mais aussi, procurent des revenus financiers aux éleveurs à travers les échanges commerciaux.
Pour moi, Il n’ y’a pas une meilleure façon d’entreprendre que de répondre aux besoins alimentaires de la population en tant que FEMME, cordon ombilical du monde ( rire) .

Quels sont les animaux que vous élevez ?

Si j’avais la possibilité d’élever tous les animaux je le ferai. Au départ, j’étais avicultrice (éleveuse de volaille). Actuellement j’exerce dans la cuniculture (élevage de lapin) et j’en fais cela ma spécialité. Mais guidée par la passion, je compte, grâce au dur travail et à ma détermination, m’élargir à d’autres types d’élevage si Dieu le veut : bovins, porcins etc.

Il y’a-t-il des environnements et climats propices à respecter avant de se lancer dans l’élevage d’un quelconque animal ?

Oui évidemment, l’environnement et le climat sont des paramètres à prendre en compte avant de se lancer dans toute activité pastorale. Mais je peux dire qu’à chaque climat il existe des méthodes et techniques d’élevage.
Par exemple, le poulet tant bien que le lapin sont des animaux élevés tant dans les pays tropicaux (chaud) que dans les pays froids. Mais la différence se situera toutefois au niveau de la race choisit, des conditions d’élevage et des techniques de production. Prenons le cas de l’Europe, les poules sont généralement élevés en cage dans des bâtiments clos soutenus par un système de chauffage qui simule la température ambiante vitale à la bande. Par contre, dans les pays chauds, comme la Côte d’Ivoire, l’implantation des bâtiments avicoles se font de façon plus ouvert avec pour objectif le maintien d’une bonne aération et ventilation. Les régions à climat chaud disposent de nombreux atouts. Par exemple, un bâtiment peut être créé à faible coût, dû aux avantages du climat.

Généralement, les hommes investissent plus que les femmes dans le secteur d’élevage. Comment pouvez-vous justifiez ce fait ?

Si l’on remonte aux vingt dernières années, ce constat semblerait juste. Certes, sur 100 éleveurs, 80 sont des hommes mais fort de constater qu’aujourd’hui, plus en plus de femmes s’intéressent à l’élevage et se lancent dans cette activité en tant que promoteurs, investisseurs, acteurs… La majorité même de mes collaborateurs actuellement sont des femmes …
Par contre, il faut reconnaître que l’élevage est un secteur moins féminin du fait de son manque de formation, de l’ardeur physique et psychologique que cela impose. En réalité, toute femme qui veut entreprendre dans la production animale doit être prête à mettre ses doigts dans la boue ! Si je me permets de donner un petit conseil à toutes celles qui hésitent à se lancer.

Oui permettez vous !

Il est bon de savoir que l’élevage est une activité plutôt aisée, un projet porteur et rentable, qui comme toute activité, nourrit son homme à condition d’établir une bonne gestion et un bon suivi. J’encourage mes sœurs novices mais toutes passionnées comme moi, à rejoindre la famille des cuniculteurs. La petite taille du lapin et sa docilité constituent de grands atouts dans la pratique de son élevage. Avec un petit investissement de départ, il est possible de démarrer un élevage cunicole, l’installation peut se faire partout, sur quelques mètres carrés, le long d’un mur ou sous un arbre. Facile à manipuler, même par les enfants et les personnes âgées. L’élevage de lapins peut être une activité féminine par excellence.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez en tant que jeunes femmes entrepreneurs ? Et comment arrivez-vous à surmonter certains ?

Je ne citerai que l’une d’entre elles . Ma plus grosse difficulté se situe au niveau du financement. En effet, étant blogueuse et très active sur internet, je m’attire une clientèle repartie dans les 4 coins de la Côte d’ivoire et des pays de la sous-région. La demande devient ainsi plus élevée que l’offre. Mon objectif premier est donc de produire trimestriellement au moins 200 lapereaux afin de satisfaire ma clientèle. Mais comme le disent les entrepreneurs à succès : Il ne faut pas sauter les étapes. Toute personne habileté à entreprendre doit ou du moins, traverser coûte que coûte le désert ; mais c’est à elle de savoir s’organiser pour tenir et rester en vie jusqu’à la prochaine oasis.
Pour y remédier donc et rassembler des fonds pour augmenter le nombre de mon cheptel et atteindre mon objectif, je me suis dit, pourquoi ne pas apporter des solutions aux problèmes que rencontrent certains acteurs du secteur. C’est ainsi que ELEVAGE de ESTELLE prit l’initiative :

  • De rentrer en collaboration et en partenariat avec des structures d’élevage et promoteurs des filières cunicoles et avicoles pour la vente de leurs différents biens et services à travers mes différentes plateformes.
  • D’exercer en tant que consultante en élevage à travers ces diverses prestations : gestionnaire de ferme, service technique, suivi et accompagnement de projet, formulation d’aliments etc

Enfin, avec l’avancée du digital, nous combinons le web à l’élevage en élaborant des formations en ligne pour tout type d’élevage, suivi d’un test pratique dans des fermes appropriées à cet effet.

  

FcomEntreprend : Estelle BOMIA

Site internet : www.apprendre-lelevage.ci

Facebook : Estelle BOMIA

Instagram : élevage_de_estelle

Chaine Youtube : Estelle Bomia

Lieu de vente : Abidjan Koumassi – Remblais

Contact : 00225 21 21 45 70 / 58 89 59 79

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 + 29 =


×

Salut!

Cliquez sur notre représentante pour discuter sur WhatsApp ou envoyez-nous un e-mail à info@fcomgroup.com

× Des questions ?